Complexe d'ŒOedipe... ou de Laïos ??

Voici le texte d'un homme érudit, qui ne se dit ni théologien, ni philosophe, ni psychologue, ni psychanaliste, ni encore moins psychiatre, et qui va en surprendre plus d'un ou d'une de ces savantes professions !

Le complexe d’Œdipe

(ou celui de Laïos… ??)

Par André VAN MUYSEWINKEL


Chroniqueur religieux.

*****

Cette fois, pour changer, je quitte le domaine religieux pour me risquer dans le monde de la psychanalyse, qui m’est franchement inconnu. Encore plus que celui de la théologie, c’est dire ! Ce sera comme m’aventurer dans une forêt mystérieuse pleine de ronces et peut-être de sorcières (…)

En bref, le complexe d’Œdipe, « inventé » par Freud, c’est l’enfant qui veut prendre la place de son père, le rejetant en dehors du cercle père-mère-enfant(s) pour former avec la mère un binôme fusionnel et pour cela deviendrait (ou rêverait d’être) parricide et incestueux. Effectivement, dans le mythe, Œdipe tue son père Laïos, devient roi à sa place et épouse la veuve de son père, sa mère donc, Jocaste. Ce qui emmènera sur la ville un tas de catastrophes.

Mais Freud a tout faux ! Un enfant ne connait pas « naturellement » le désir de meurtre. Il ne peut le découvrir que par un adulte.

D’ailleurs, en analysant un peu plus en profondeur ce mythe, nous nous apercevons qu’il en est ainsi.

Œdipe ne tue pas volontairement son père. C’est Laïos qui lui barre le chemin. C’est le père qui appelle au meurtre.

Remontant un peu plus haut dans l’histoire, nous nous rappelons que le jeune Laïos a violé son frère d’adoption (c’est mine de rien un beau salaud).

Comme châtiment il doit s’expatrier et un oracle lui annonce que son fils le tuera et prendra sa place.

Il est dans la nature que les fils enterrent les pères et leur succèdent. Laïos refuse cela. À la naissance d’Œdipe, il commande à un serviteur d’emmener l’enfant en forêt et de le tuer mais, comme le chasseur dans l’histoire de Blanche-Neige, le serviteur aura pitié de l’enfant et le confiera à des bergers.

C’est donc le père qui veut la mort du fils et non l’inverse. En grandissant, Œdipe est en butte aux moqueries à cause de son origine obscure. Il consulte l’oracle qui lui conseille de ne pas retourner dans son pays, car il y tuera son père. Comme Œdipe n’a jamais connu d’autre pays que Corinthe, d’autre père que Polybe, il s’exile à Thèbes afin d’éviter ce drame. Œdipe rejette donc le complexe qui porte son nom : il refuse le meurtre de celui qu’il croit être son père. C’est son (vrai) père Laïos, comme je l’ai dit plus haut qui lui barre le passage. S’ensuit un parricide involontaire.

Il aurait donc mieux valu parler du complexe de Laïos. Comment Sigmund a-t-il pu occulter cela ? Peut-être que son subconscient, son surmoi, lui interdisait de donner ce rôle au père ? Parce qu’il avait eu lui-même un père abuseur, violeur ?

S’ensuit un parricide involontaire.

Il aurait donc mieux valu parler du complexe de Laïos. Comment Sigmund a-t-il pu occulter cela ? Peut-être que son subconscient, son surmoi, lui interdisait de donner ce rôle au père ? Parce qu’il avait eu lui-même un père abuseur, violeur ?

Nous ignorons si le jeune Sigmund fut violé par son père, mais nous savons, par sa correspondance avec sa sœur, que leur père aurait vraisemblablement abusé du frère de Sigmund et peut-être de cette sœur.

Étrange occultation que ce complexe de Laïos non révélé.

Il ne faut rien exagérer, bien sûr. L’attitude du petit garçon qui cherche à éjecter le père du cercle familial pour consolider un binôme

mère-fils, appelé complexe d’Œdipe, existe bel et bien, mais je veux mettre le doigt sur cet autre aspect du rapport père-fils.

Le « complexe de Laïos » serait ce désir du père de garder tout pour lui. D’empêcher le fils de devenir.

Le rôle d’un père est d’« é-duquer » l’enfant.

Littéralement, le conduire dehors. Hors de l’animalité, sans doute. Hors de son autorité aussi.

Le rôle du père (et de la mère) est de conduire l’enfant à l’autonomie, mais beaucoup de pères contestent ce rôle, refusent de laisser la place, de lâcher les rênes du pouvoir, empêchant ainsi l’enfant de grandir, de prendre sa propre place, d’avoir son espace personnel, de devenir à son tour adulte, de devenir tout simplement.

Je ne veux pas nier l’importance des travaux de Freud ni des analystes qui l’ont suivi, mais je pense que nous ne pouvons faire l’impasse sur ce complexe de Laïos.

Serait-ce une question trop dérangeante que de nous demander comment nous nous comportons avec nos propres enfants ? 


Le 10 juin 2012, fête des pères (tiens, tiens !)


Avec l’aimable autorisation de l’auteur




CLINIQUE DE L'ADOPTION®—RÉSEAU DES ÉPIS MÊLÉS­®—CLINIQUE DE L'ATTACHEMENT© A.S.B.L. (TVA N° BE-0899.099.532 RPM BRUXELLES)

CODE NACE BEL 86904 R - Activités relatives à la santé mentale, sauf hôpitaux et maisons de soins psychiatriques.

Les signataires des articles sont seuls responsables de leurs contenus. Site créé le dimanche 30 juin 2008 et en évolution quasi quotidienne ! Venez-y fréquemment pour lire ses mises à jour !

Les appellations « CLINIQUE DE L'ADOPTION»® © ™ et «CLINIQUE DE L'ATTACHEMENT» © sont des marques protégées par copyright et/ou par l'OBPI (n° 0873530)

Tous droits réservés © P.Roggemans, entoileur.

  «CLINIQUE DE L'ADOPTION» ®© «RÉSEAU DES ÉPIS MÊLÉS»®© (La CLAREM ©) Clinique de l'Attachement ©. A.S.B.L. « Une chose est sûre : si un psy vous assène des certitudes sur les troubles mentaux, c'est qu'il a besoin de soins » (J.-F. MARMION in Sciences Humaines - Grands Dossiers n°28 09-10/2012 'L'Histoire des Troubles mentaux ')

«Troubles de l'Attachement», du «Développement Dysharmonieux. Lutte contre les adoptions injustifiées et les trafics d'enfants. « Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin. » Carl Gustav Jung, Psychologue et Psychanalyste