ADOPTION, TROUBLES DE L’ATTACHEMENT, RÉSILIENCE, ADAPTATION ET FORFAITURES.

ÉDITORIAL du B01204

ADOPTION, TROUBLES DE L’ATTACHEMENT,

RÉSILIENCE, ADAPTATION ET FORFAITURES.

Par Pierre ROGGEMANS

À Myriam MONSEUR

sans qui ce texte n'eût pu être écrit.

Dernière màj : B20109

La pensée dominante actuelle sur les troubles de l’attachement est radicalement d’inspiration anglo-saxonne, ceci sous la pression d’un lobby de parents adoptifs déçus, et c’est le moins que l’on puisse dire, par le comportement de leurs adoptés.

Ils ont trouvé leur bouée de secours chez John Bowlby qui a fait cette découverte importante en Grande-Bretagne au départ d’une étude effectuée à la demande de l’O.N.U. en 1950 sur la santé mentale des enfants sans foyers. Nous étions au sortir de la II° Guerre Mondiale et de nombreux enfants britanniques présentaient de singuliers comportements, dus au développement émotionnel de l’enfant.

L’intérêt pour ce développement émotionnel de l’enfant se développe à la Tavistock Clinic de Londres, où le pédiatre et psychanalyste John Bowlby (1907-1990) met en œuvre une recherche sur « l’observation du développement émotionnel du nourrisson».

C’est ainsi qu’il présenta dans son rapport que «le nourrisson, puis le jeune enfant, ait une relation chaleureuse intime et continue avec sa mère (ou un substitut maternel stable)[1], source pour tous deux de satisfaction et de joie »[2].

Ce n’est que plus tard qu’il se rendit compte d’une faille importante dans son rapport qui parlait des « nombreux effets contraires qui s’avèrent dus à la déprivation » [3][4], sans toutefois aborder les processus qui en sont les causes.

C’est grâce à la collaboration et aux observations de son collègue James Robertson qu’il enquêta systématiquement sur la séparation de longue durée d’avec la mère dans la petite enfance (1 à 3 ans).

Durant cette séparation, ces enfants étaient en hôpital ou placés dans des «pouponnières», sans substitut maternel stable [revoir note 1 ci-dessous & son *], pour en conclure que la faim de l’amour de sa mère leur était aussi importante que sa faim de nourriture, suscitant chez ces enfants aussi bien le sentiment de perte que de colère. Ils rejettent la mère comme objet d’amour, par suite de refoulement leur semblait-il. Ils donnèrent à cet état le nom anglais de « détachement ».

Même si John Bowlby se réfère aux travaux de l’époque sur l’éthologie et la psychologie cognitive, il insiste fermement son ancrage au cadre psychanalytique de Freud tout en comblant, lui semblait-il, un malaise. Freud affirmait en effet que ce besoin d’amour maternel n’était étayé que par le besoin de nourrissage de l’enfant, tandis que John Bowlby (rejoignant ainsi les thèses d'Alfred ADLER—lien— affirmait au contraire que ce besoin d’amour était un besoin tout aussi primaire que celui du nourrissage.

Le lobby des parents anglo-saxons déçus s’empara de ce paradigme des troubles de l’attachement », émasculé (le mot n’est pas choisi au hasard) de son aspect psychanalytique, et singulièrement de sa problématique Œdipienne, pour se dédouaner de toute implication personnelle dans leurs « soucis » avec leurs enfants adoptés…

___________________________

Texte complet en PDF (11 p) : réservé aux membres en ordre de cotisation.

Les renvois doivent encore être mis à jour.

Veuillez nous en excuser.

CLINIQUE DE L'ADOPTION®—RÉSEAU DES ÉPIS MÊLÉS­®—CLINIQUE DE L'ATTACHEMENT© A.S.B.L. (TVA N° BE-0899.099.532 RPM BRUXELLES)

CODE NACE BEL 86904 R - Activités relatives à la santé mentale, sauf hôpitaux et maisons de soins psychiatriques.

Les signataires des articles sont seuls responsables de leurs contenus. Site créé le dimanche 30 juin 2008 et en évolution quasi quotidienne ! Venez-y fréquemment pour lire ses mises à jour !

Les appellations « CLINIQUE DE L'ADOPTION»® © ™ et «CLINIQUE DE L'ATTACHEMENT» © sont des marques protégées par copyright et/ou par l'OBPI (n° 0873530)

Tous droits réservés © P.Roggemans, entoileur.

  «CLINIQUE DE L'ADOPTION» ®© «RÉSEAU DES ÉPIS MÊLÉS»®© (La CLAREM ©) Clinique de l'Attachement ©. A.S.B.L. « Une chose est sûre : si un psy vous assène des certitudes sur les troubles mentaux, c'est qu'il a besoin de soins » (J.-F. MARMION in Sciences Humaines - Grands Dossiers n°28 09-10/2012 'L'Histoire des Troubles mentaux ')

«Troubles de l'Attachement», du «Développement Dysharmonieux. Lutte contre les adoptions injustifiées et les trafics d'enfants. « Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin. » Carl Gustav Jung, Psychologue et Psychanalyste