Adopter : pas un droit !

L’ADOPTION N’EST PAS UN DROIT… !

Comme le dit si justement le site officiel de la Communauté Wallonie-Bruxelles [anciennement «Communauté ‘Française’ (lire : ‘Francophone’) de Belgique»],

sur sa page relative à l'adoption [lien],

compétente pour les adoptions dans cette entité fédérée belge, l'adoption est une mesure de protection de l'enfant, et non un « droit » d’avoir un enfant…

Il s’agit, précise le site, d’un droit pour l’enfant privé de famille.

« Le désir des adultes de se voir confier un enfant, de créer une famille ou d’agrandir la leur n’est pas un droit en soi mais s’inscrit dans un cheminement balisé par des principes éthiques reconnus par les conventions internationales et la législation belge. »

Nous précisons d'emblée que ce droit pour un enfant privé de famille, doit lui même, être balisé par les possibilités locales de prise en charge par des familles parentes, des entités locales telles que des orphelinats, qui ne sont tout de même pas des « supermarchés » d’enfants à adopter… !

Nous considérons, et ne le répèterons jamais assez, que l’adoption ne se justifie que si le milieu où vit l’enfant est dit « toxique » (guerre civile, familles disparues ou celles où la violence règne, que ce soit entre parents ou à leur l’égard, harcèlement continu, maltraitance, familles d’alcooliques invétérés, etc.), ET si, à proximité, il n’existe aucun lieu de prise en charge de l’enfant satisfaisant au regard de SES droits.

Malheureusement, des adoptions injustifiées se font continuellement. Nous parlons d’un réel « marché de l’adoption », dont certains organismes sont des alliés objectifs.

Que ces organismes se remettent en question est évidemment l’exercice le plus difficile qu’il soit, voire quasi-impossible.

Seul un travail de ce qu’en psychosociologie l’on appelle l’ »analyse institutionnelle », soit en quelque sorte une psychanalyse de l’institution (ministérielle, publique ou privée)…

Serait-ce un pari impossible à tenir ??

Difficile en tout cas ! Lire notre page : En quelle terre ... ?

Quantité de professionnels de la jeunesse promeuvent de moins en moins l’adoption, lorsque le milieu n’est pas toxique et à défaut de soutien local favorable à l’éducation de l’enfant, pour préférer des initiatives de « parrainage » des enfants, soit dans leur famille de naissance, soit dans leur famille, locale, de substitution, soit en orphelinat local ; ou soit encore dans ce que l’on appelle des « villages d’enfants » locaux.

CLINIQUE DE L'ADOPTION®—RÉSEAU DES ÉPIS MÊLÉS­®—CLINIQUE DE L'ATTACHEMENT© A.S.B.L. (TVA N° BE-0899.099.532 RPM BRUXELLES)

CODE NACE BEL 86904 R - Activités relatives à la santé mentale, sauf hôpitaux et maisons de soins psychiatriques.

Les signataires des articles sont seuls responsables de leurs contenus. Site créé le dimanche 30 juin 2008 et en évolution quasi quotidienne ! Venez-y fréquemment pour lire ses mises à jour !

Les appellations « CLINIQUE DE L'ADOPTION»® © ™ et «CLINIQUE DE L'ATTACHEMENT» © sont des marques protégées par copyright et/ou par l'OBPI (n° 0873530)

Tous droits réservés © P.Roggemans, entoileur.

  «CLINIQUE DE L'ADOPTION» ®© «RÉSEAU DES ÉPIS MÊLÉS»®© (La CLAREM ©) Clinique de l'Attachement ©. A.S.B.L. « Une chose est sûre : si un psy vous assène des certitudes sur les troubles mentaux, c'est qu'il a besoin de soins » (J.-F. MARMION in Sciences Humaines - Grands Dossiers n°28 09-10/2012 'L'Histoire des Troubles mentaux ')

«Troubles de l'Attachement», du «Développement Dysharmonieux. Lutte contre les adoptions injustifiées et les trafics d'enfants. « Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin. » Carl Gustav Jung, Psychologue et Psychanalyste